Vous trouviez les services Pôle Emploi d'une qualité contestable ? Et bien ça va être bien pire durant les années à venir. Macron qui méprise ouvertement les pauvres, les chômeurs, les citoyens en difficulté, lance la nouvelle phase de déchaînement ultra-libéral couplée aux ordonnances sur la Loi Travail XXL. La privatisation de Pôle Emploi est en marche !

 

Le journal "Le Parisien" l'a annoncé : l'Agence Pôle Emploi est dans la ligne de mire du gouvernement avec un plan de privatisation qui ne dit pas son nom. Dès 2018, l'opérateur devra amorcer un plan de réduction des coûts de 3 milliards d'euros, particulièrement en décapitant ses équipes dirigeantes et de cadres. Par la force des choses, l'Agence publique sera dans l'incapacité de gérer les missions qui lui étaient confiées jusqu'à ce jour (Indemnisation des demandeurs d'emploi, accompagnement aux demandeurs d'emploi, etc.) Le gouvernement invoquera la nécessité de ramener les comptes à l'équilibre ou encore de "rationaliser" et "optimiser" les missions de Pôle Emploi, il s'agit ni plus ni moins d'une privatisation. Et cela a commencé sous la présidence de Nicolas Sarkozy qui, en fusionnant ASSEDIC et ANPE, créait les conditions juridiques d'une telle privatisation. C'est sous la présidence de François Hollande que la seconde phase dans cette direction fut initiée avec la ratification en 2015 de la convention n°181 (https://onu-geneve.delegfrance.org/OIT-Normes-sociales-Conventions-no-181-et-188 ) Alors voilà, en douce, et sans qu'aucun journaliste n'ait vraiment trouvé l'information, le Président de la République Emmanuel Macron a décrété le 11 septembre 2017 (après ratification en 2015) la convention n° 181 de l'Organisation internationale du travail relative aux agences d'emploi privées. C'est ici dans une très longue liste fourre-tout :

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/9/11/EAEJ1716716D/jo/texte

Vous pouvez dire : quel rapport ? La France ne dispose à ce jour d'aucune agence d'emploi privée, du moins en dehors de Pôle Emploi (qui peut être désormais considéré comme tel). Si l'on légifère sur des agences d'emploi privées, c'est parce que celles-ci seront très prochainement autorisées à s'installer sur le territoire français, en concurrence avec l'opérateur national. Ce dernier, rappelons l'article du Parisien ci-dessus, va subir un plan social gigantesque durant les mois et années qui viennent.

Qu'est-ce que cela signifie ? La privatisation complète de l'Assurance Chômage et de Pôle Emploi à l'horizon 2022, au plus tard 2025 avec les premières mesures de dégraissage du personnel commençant dès le 1e janvier 2018... Cela s'ajoute aux Ordonnances sur le code du Travail. On détruit méthodiquement et de façon programmé toutes les protections sociales, on détruit les missions de Service Public à l'endroit des plus en difficulté. Un signe qui ne trompera pas, et il faudra y rester attentif, c'est le remplacement dans les semaines, ou mois tout au plus du directeur général de Pôle Emploi. Si ce dernier est substitué par un autre choisi par le gouvernement, il va sans dire qu'il sera là pour mettre en oeuvre le séisme sociale programmé.

La politique ultra-libérale consiste à intégralement privatiser les Services Publics, et à ne maintenir que les outils de contrôles sécuritaires : Policiers et Militaires... (Etat d'Urgence, Loi Renseignements...) En confiant les missions de Service Public à des opérateurs privés, l'Etat se déleste des personnels qui sont chargés de les remplir, il flexibilise ses missions (les opérateurs privés étant "embauchés" pour des durées limites) et plus idéologiquement, il ne se charge plus que de tenir au pas toutes les populations qui ne se conforment pas, ne se soumettent pas à l'économie de marché globalisée, dérégulée et hégémoniques.

Léonel Houssa